Pelagia noctiluca
Pélagie
(Forskal, 1775)
Pelagiidae
Scyphozoaires
*
     Sa taille adulte peut atteindre un diamètre de 10 à 15 cm. C'est une des Méduses les plus urticantes de notre côte. Ses 8 filaments peuvent mesurer plus d'un mètre et portent de nombreuses cellules urticantes. Les tentacules bucaux, au nombre de 4 constituent le manubrium.

     Elle forme parfois de grands rassemblements qui sont rabattus près des côtes par les courants superficiels engendrés par les vents du large (sud-est à sud-ouest chez nous).

     En saison chaude, nous sommes habitués à constater périodiquement sa présence. Il est alors fort conseillé d'être prudent pour éviter les brûlures causées par ses longs filaments. Les cellules urticantes (nématocystes) renferment une substance toxique: l'histamine, qui peut être dangereuse si elle est injectée à forte dose, suite à de multiples brûlures. Il est possible de se procurer en pharmacie de la crème anti-histaminique en tube qui en est probablement un des meilleurs calmants.
     Les facteurs qui favorisent le développement de cette espèce, sont l'élévation de la température de l'eau et la concentration en plancton, ce dont elles se nourrissent. Je prend quand même quelques réserves sur ces affirmations, car j'ai souvent observé au plus froid de l'hiver (janvier-février), autour des îles Maire, Jarre et Riou des concentration localisées de Pélagies, souvent le long de falaises abritées du vent, avec plusieurs individus par mètre cube d'eau.